Les carnets

Lorsque ma bourse postdoctorale sera terminée, je m’éloignerai progressivement du milieu universitaire qui a fait de moi l’écrivaine que je suis aujourd’hui. J’ai eu envie de faire le point sur cet espace de création et d’apprentissage, de mieux le comprendre et de m’interroger sur les particularités du parcours en création littéraire proposé  par les universités québécoises en le…

Aucun commentaire
Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

Il y a des semaines, des mois, où il faut accepter – après s’être étourdie dans des projets de rénovation, de voyage, de conférences – de se déposer et de prendre le temps de réfléchir. Ça n’est pas tout le temps agréable de s’arrêter pour se poser les bonnes questions, alors chez moi, ça survient…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Nicole Lavigneavril 2, 2017 - 11:53

    Je crois que vous avez pris la bonne décision selon ce que vous ressentez et ce que vous en dites. Bravo et plongez à pieds joints dans vos nouveaux projets. RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmymai 4, 2017 - 1:54

      Je viens, avec beaucoup de retard, de découvrir votre commentaire. Merci pour les encouragements. Cette décision a rendu mon printemps bouillonnant d’inspiration: j’ai hâte de voir si cet élan se poursuivra dans les mois à venir!RépondreAnnuler

Depuis plus d’un an, en parallèle à la rédaction du Corps des bêtes, je travaille à l’écriture d’un recueil de récits qui portera sur ma belle-fille, Romane, une adorable préadolescente de bientôt 11 ans, polyhandicapée. Elle souffre du syndrome de West, d’épilepsie, d’hypotonie et d’un retard mental très sévère (elle n’atteindra jamais plus de deux ans d’âge…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Claude Lamarchemars 19, 2017 - 10:57

    Écrire une entrée de blogue plutôt que le devoir, oui, je connais. Ça ressemble au carnet tenu à 15 ans plutôt que le devoir d’école! Très sérieusement, par ailleurs.RépondreAnnuler

  • Jolianne Bourgeoismai 12, 2017 - 1:01

    Le colloque d’hier m’a donné envie d’aller jeter un coup d’oeil à ton blogue. Je trouve ce texte très intéressant, dans toute sa sincérité. RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmymai 13, 2017 - 2:54

      Merci beaucoup! Je suis heureuse que le colloque vous ait amenée sur mon site!RépondreAnnuler

J’ai raconté, un peu, la saga du titre de mon prochain roman. Aux dernières nouvelles, il allait s’intituler Sitjaq, merci à l’inuktitut. Pour toutes sortes de raisons, ce titre a encore changé (plusieurs fois). Il y a un mois, j’ai finalement tranché, mettant fin au débat entre objet-texte et objet-livre, contraintes littéraires et commerciales, préférences québécoises…

Aucun commentaire
Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

Pendant un an (deux-trois-dix) il survient trop souvent des drames à distance, qui paraissent proches mais ne nous touchent pas directement, enveloppés dans leur aura étrangère et séparés de chez nous par un océan tout entier. Puis il arrive un peu plus près, à distance de voiture, rien que de l’autre côté d’une frontière d’arbres et…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Serge M Vaillancourtjanvier 30, 2017 - 5:23

    Si tes écrits permettent, ne serait-ce qu’une fois, d’ouvrir le coeur ou l’âme d’un lecteur, tu n’auras pas écrit en vain … un éclairage neuf sur un monde dont les engrenages semblent se gripper.
    Persiste malgré ces doutes … tes mots deviennent une perche tendue qui peut-être, un jour, sauvera la mise à qui la saisiraRépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmyjanvier 30, 2017 - 6:07

      Je ne peux qu’espérer cela, oui. Merci de l’écrire.RépondreAnnuler