Archives par catégories: Rituels d’écriture

Les choix

Voilà bien longtemps que je n’ai pas écrit ici. Depuis des mois je travaille sur mon prochain roman, j’hésite cent, mille fois, je recommence, je peaufine. Je suis dans la partie très longue, très lente, de la recherche. J’essaie de trouver quel ton, quelle manière de dire les choses, quelle voix utiliser pour bien raconter…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Richard Migneaultavril 4, 2018 - 10:02

    Bonjour Audrée ! J’ai relu trois fois ces deux textes et chaque fois, j’ai été charmé par ton écriture, par la poésie de tes phrases, la beauté des images que tu provoques chez ton lecteur.
    Après réflexion, je crois vraiment que je préfère ta version 2. Ton imaginaire, la plume Wilhelmy, la sensualité dans le regard que tu portes sur les mondes que tu crées, le « je » que tu utilises, qui nous déstabilise et nous guide dans la découverte de tes personnages. Et l’atmosphère que tu sais tisser avec des fils lyriques.
    Moi qui suis amateur de polars, je me retrouve dans tes univers tellement différents et je m’y sens bien, imprégné de la beauté de la littérature. J’aime te lire (ça parais-tu ???). 
    Merci pour cet avant-goût si prometteur. Très hâte de lire la suite !RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmyavril 5, 2018 - 1:22

      Merci beaucoup, Richard, j’apprécie que tu aies pris le temps de lire avec tant de soin. Et puis je dois admettre que je penche un pour la deuxième version également, pour toutes sortes de raisons qui surviennent aussi plus tard dans le roman… mais ça m’aide beaucoup de savoir que ce n’est pas un problème si le texte est un peu déstabilisant pour le lecteur!RépondreAnnuler

  • Gilles Chaumelavril 5, 2018 - 1:19

    Tellement différentes ce deux approches qui pourraient donner deux romans totalement différents ayant un même sujet. À la lecture, j’ai un faible pour la seconde version qui impose des images fortes, qui marquent profondément. Me marquent moi, en tous cas. Un écriture qui me semble totalement dans la lignée du Corps des bêtes. Pourtant, la première version m’apparaît aussi forte. Je ne voudrais pas avoir à choisir… peut-être même que je garderais les deux, faisant alterner les chapitres de l’une et de l’autre forme, comme un roman double qui raconterait la même histoire… peut-être.RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmyavril 5, 2018 - 1:24

      Merci Gilles! Comme je disais à Richard, je penche aussi pour la deuxième, mais je ne crois pas qu’une alternance soit vraiment possible. À un moment, il faut choisir une voie/voix et la pousser pleinement. Ce sont deux types d’écriture qui demandent énormément de temps, et surtout une concentration très différente… mais j’ai un plan pour ne pas non plus complètement essouffler mon lecteur, si comme je le crois, je retiens la version 2. Et dans ce plan, je pourrai au moins récupérer des fragments de la première version, à défaut du texte complet….RépondreAnnuler

  • Noémi Courchesneavril 5, 2018 - 6:33

    Je préfère le second, puisque l’univers où il évolue me semble plus captivant. J’avais une folle envie de continuer ma lecture. Au plaisir de vous lire très bientôt!RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmyavril 5, 2018 - 6:35

      Merci beaucoup! J’ai eu une longue discussion avec mon éditeur hier, et nous penchons aussi pour cette version. Je me réjouis de savoir que c’est un univers qui vous donne envie de continuer à lire!RépondreAnnuler

L’espace de la fiction

Depuis plus d’un an, en parallèle à la rédaction du Corps des bêtes, je travaille à l’écriture d’un recueil de récits qui portera sur ma belle-fille, Romane, une adorable préadolescente de bientôt 11 ans, polyhandicapée. Elle souffre du syndrome de West, d’épilepsie, d’hypotonie et d’un retard mental très sévère (elle n’atteindra jamais plus de deux ans d’âge…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Claude Lamarchemars 19, 2017 - 10:57

    Écrire une entrée de blogue plutôt que le devoir, oui, je connais. Ça ressemble au carnet tenu à 15 ans plutôt que le devoir d’école! Très sérieusement, par ailleurs.RépondreAnnuler

  • Jolianne Bourgeoismai 12, 2017 - 1:01

    Le colloque d’hier m’a donné envie d’aller jeter un coup d’oeil à ton blogue. Je trouve ce texte très intéressant, dans toute sa sincérité. RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmymai 13, 2017 - 2:54

      Merci beaucoup! Je suis heureuse que le colloque vous ait amenée sur mon site!RépondreAnnuler

La clef fée

Terminer un roman est une chose terrible et infiniment satisfaisante à la fois. Quand j’ai écrit Les sangs, j’étais vraiment soulagée que Pascal confirme qu’on pouvait envoyer le BAC* à Leméac. J’étais sur le point de balancer l’ordinateur par la fenêtre tellement j’avais travaillé et retravaillé certains passages. Cette fois, c’est différent. J’ai eu un mal fou à écrire…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Nicole Lavignejanvier 27, 2017 - 2:23

    Très beau texte qui me fait penser à Alice avec sa clef ouvrant une porte trop petite pour sa grande taille ou l’inverse dans son pays des merveilles. D’ailleurs, vos romans et je crois que le prochain sera révélateur de ce que je vais dire, me ramène à l’enfance. À cet enchantement et ce monde terrifiant en même temps, comme celui d’Alice que Lewis Caroll a si bien fait ressortir…. J’ai très hâte de le lire. Septembre semble loin…RépondreAnnuler

Titrer

J’ai terminé mon roman. Quand je dis terminé, j’entends fini, relu, corrigé, lu encore par quelques lecteurs externes, approuvé par mon directeur littéraire et enfin envoyé à Grasset pour obtenir un OK final de leur côté (ayant déjà celui de Leméac). Avec le point final du roman vient la partie la plus cauchemardesque de l’écriture, celle…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

Retour sur Rome

Je suis revenue de Rome il y a un mois. Je n’ai pas réussi tout de suite à écrire tout ce que j’aurais voulu sur ce séjour. J’ai buté longtemps sur la difficulté de parler du lieu. Il n’y a pas de bonne façon de dépeindre la Villa Médicis. Les descriptions touristiques ou historiques ne permettent pas…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Nicole Lavignedécembre 3, 2016 - 4:41

    Merci pour ce texte superbe et surtout pour le partage de cette expérience de vie et d’écriture ( les deux vont de pair, l’écriture c’est la vie). Moi, voyez-vous, c’est le contraire: incapable d’écrire hors de mon bureau, sans être entourée de mes livres et dictionnaires qui me sont une présence rassurante. J’ai besoin d’eux pour entrer à l’intérieur de moi.RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmydécembre 4, 2016 - 3:01

      C’est très intéressant. Depuis mon retour, j’ai eu l’occasion de parler à de nombreux auteurs (entre autres au Salon du Livre de MTL) concernant le rôle du déplacement et du dépaysement dans leur processus d’écriture, et les façons d’intégrer le mouvement varient grandement d’une personne à l’autre. Merci de partager votre expérience.RépondreAnnuler