Archives par catégories: Techniques d’écriture

Les choix

Voilà bien longtemps que je n’ai pas écrit ici. Depuis des mois je travaille sur mon prochain roman, j’hésite cent, mille fois, je recommence, je peaufine. Je suis dans la partie très longue, très lente, de la recherche. J’essaie de trouver quel ton, quelle manière de dire les choses, quelle voix utiliser pour bien raconter…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

  • Richard Migneaultavril 4, 2018 - 10:02

    Bonjour Audrée ! J’ai relu trois fois ces deux textes et chaque fois, j’ai été charmé par ton écriture, par la poésie de tes phrases, la beauté des images que tu provoques chez ton lecteur.
    Après réflexion, je crois vraiment que je préfère ta version 2. Ton imaginaire, la plume Wilhelmy, la sensualité dans le regard que tu portes sur les mondes que tu crées, le « je » que tu utilises, qui nous déstabilise et nous guide dans la découverte de tes personnages. Et l’atmosphère que tu sais tisser avec des fils lyriques.
    Moi qui suis amateur de polars, je me retrouve dans tes univers tellement différents et je m’y sens bien, imprégné de la beauté de la littérature. J’aime te lire (ça parais-tu ???). 
    Merci pour cet avant-goût si prometteur. Très hâte de lire la suite !RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmyavril 5, 2018 - 1:22

      Merci beaucoup, Richard, j’apprécie que tu aies pris le temps de lire avec tant de soin. Et puis je dois admettre que je penche un pour la deuxième version également, pour toutes sortes de raisons qui surviennent aussi plus tard dans le roman… mais ça m’aide beaucoup de savoir que ce n’est pas un problème si le texte est un peu déstabilisant pour le lecteur!RépondreAnnuler

  • Gilles Chaumelavril 5, 2018 - 1:19

    Tellement différentes ce deux approches qui pourraient donner deux romans totalement différents ayant un même sujet. À la lecture, j’ai un faible pour la seconde version qui impose des images fortes, qui marquent profondément. Me marquent moi, en tous cas. Un écriture qui me semble totalement dans la lignée du Corps des bêtes. Pourtant, la première version m’apparaît aussi forte. Je ne voudrais pas avoir à choisir… peut-être même que je garderais les deux, faisant alterner les chapitres de l’une et de l’autre forme, comme un roman double qui raconterait la même histoire… peut-être.RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmyavril 5, 2018 - 1:24

      Merci Gilles! Comme je disais à Richard, je penche aussi pour la deuxième, mais je ne crois pas qu’une alternance soit vraiment possible. À un moment, il faut choisir une voie/voix et la pousser pleinement. Ce sont deux types d’écriture qui demandent énormément de temps, et surtout une concentration très différente… mais j’ai un plan pour ne pas non plus complètement essouffler mon lecteur, si comme je le crois, je retiens la version 2. Et dans ce plan, je pourrai au moins récupérer des fragments de la première version, à défaut du texte complet….RépondreAnnuler

  • Noémi Courchesneavril 5, 2018 - 6:33

    Je préfère le second, puisque l’univers où il évolue me semble plus captivant. J’avais une folle envie de continuer ma lecture. Au plaisir de vous lire très bientôt!RépondreAnnuler

    • Audrée Wilhelmyavril 5, 2018 - 6:35

      Merci beaucoup! J’ai eu une longue discussion avec mon éditeur hier, et nous penchons aussi pour cette version. Je me réjouis de savoir que c’est un univers qui vous donne envie de continuer à lire!RépondreAnnuler

Titrer

J’ai terminé mon roman. Quand je dis terminé, j’entends fini, relu, corrigé, lu encore par quelques lecteurs externes, approuvé par mon directeur littéraire et enfin envoyé à Grasset pour obtenir un OK final de leur côté (ayant déjà celui de Leméac). Avec le point final du roman vient la partie la plus cauchemardesque de l’écriture, celle…

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

Carnet de Rome (IV)

J’ai rédigé la première version de la partie « recherche » de ma thèse en un mois, pendant que j’enseignais à l’Université de Lausanne un atelier d’écriture. Soixante pages par semaine multipliées par quatre semaines. Certes, toute la recherche avait été menée auparavant et je me suis lancée dans cette période de rédaction en étant extrêmement préparée. J’étais dans…

Aucun commentaire
Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

L’autoportrait nécessaire

Je ne dessine bien que des femmes. Je ne sais pas pourquoi, je ne peux pas les dessiner en mouvement, je ne peux pas les dessiner en contexte, elles sont seules sur la page, figées, elles vivent solitaires ou entourées de mots, de notes, mais elles n’ont pas de maison, pas de paysage. Je ne…

Aucun commentaire
Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *

Les muses

Ça arrive rarement et sans que ce soit possible à prédire. Après des jours et des semaines d’hésitation, l’écriture fonctionne. Elle redevient naturelle. Une scène avec laquelle on s’était débattu longtemps apparait soudain comme évidente et elle s’écrit « toute seule ». Quelque chose qui était en dormance se réveille. Dans ma pratique, les moments «d’inspiration» au sens mystique du terme,…

Aucun commentaire
Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont indiqués *